Employeur  comment faire face à un abandon de posteLorsqu’un employeur fait face à un abandon de poste injustifié par un de ses salariés au sein de son entreprise, comment doit-il réagir ? Si certaines informations sont relayées par le biais de PV de CE, cet article vous permettra de compléter vos connaissances.

Par quoi commencer face à un abandon de poste ?

Lorsqu’un salarié abandonne son poste, cela signifie qu’il cesse de se rendre sur son lieu de travail pour effectuer ses fonctions sans en prévenir l’employeur. Cette absence injustifiée n’a pas été soumise à une autorisation préalable de la part de l’employeur. Face à ce genre de situation, l’employeur doit commencer par essayer d’entrer en contact avec le salarié concerné, son entourage et ses collègues avant de prendre toute mesure disciplinaire. En effet, il ne faut pas négliger la possibilité que l’absence du salarié soit indépendante de sa volonté ou qu’il ait souhaité exercer son droit de retrait.

Le salarié a droit à 48 heures pour se manifester et justifier son absence par un certificat médical.

Les courriers à envoyer

Une fois ce délai dépassé, à partir du 3ème ou 4ème jour d’absence, l’employeur doit envoyer une première lettre recommandée avec accusé de réception. Il s’agit d’une mise en demeure qui incombe à l’employé de justifier la raison de son absence et de reprendre son travail. Le délai donné est généralement court puisque certains salariés préfèrent abandonner leur poste plutôt que de démissionner (dans le but d’être licencié et de pouvoir toucher le chômage).


Les sanctions possibles

Lorsque l’employeur ne reçoit aucune réponse du salarié dans le délai imparti, il peut le soumettre à une sanction disciplinaire. Toutefois, si le licenciement pour faute grave est choisi, les démarches doivent être lancées très rapidement pour être justifiables devant un juge. Cependant, la faute grave n’est pas valable si le remplacement du salarié est facile à mettre en place.

Quelle que soit la sanction disciplinaire choisie par l’employeur, il doit commencer les procédures au maximum 2 mois après la date d’abandon de poste.

La convention collective de l’entreprise peut également mentionner des spécificités à prendre en compte quant à l’abandon de poste. La procédure fera également l’objet d’un PV de CE.