L’important travail de rédaction apporté au procès verbal des propos tenus lors d’une séance de Comité d’Entreprise garantit l’égalité des prises de parole dans leur droit à une formulation claire et soignée, exempte d’éventuels défauts grammaticaux ou de défaillances stylistiques. En ce sens, la rédaction du procès verbal compense les éventuelles discriminations liées à des signes socioculturels de supériorité ou d’infériorité dans le maniement de la langue, qui peuvent accompagner la performance orale au moins autant que la présentation écrite.

Ce travail de rédaction du procès verbal permet à chaque Représentant du Personnel de voir sa parole servie par un style dit « littéraire », placée sur un pied d’égalité avec celle des autres Elus et des dirigeants de l’Entreprise, ce qui empêche de la négliger et neutralise certains préjugés. Tout en respectant la teneur des propos et leur identité propre, la rédaction de procès verbal en restaure chaque fois l’intelligibilité et la portée, suppléant ainsi à l’incapacité éventuelle d’un propos de se donner une formulation adéquate.