La qualité du procès-verbal est le premier critère qui préside au choix d’une prestation de rédaction de compte rendu. Le rédacteur n’est pas un simple sténotypiste qui reproduirait à l’écrit les propos tenus à l’oral. Il effectue un véritable travail sur la langue : passage de l’oral à l’écrit, synthèse de l’information, mise en forme des débats, par exemple. Aux qualités de maniement de la langue écrite s’ajoutent un niveau de culture générale (économique, entrepreneuriale, syndicale) afin de saisir l’enjeu et la portée des débats tenus en Comité d’Entreprise. La qualité de rédaction du compte rendu est par ailleurs garantie par la relecture soigneuse des projets envoyés aux secrétaires, et la rapidité du traitement des corrections qui sont demandées par les élus du Comité.

Ainsi le prestataire de rédaction de compte rendu sélectionné devrait-il mettre à disposition des rédacteurs d’un niveau d’études élevé (bac + 5 au minimum) et ayant bénéficié de formations internes. Non précaires (CDD, intérimaires ou free lance), les rédacteurs devraient être des salariés en CDI, des rédacteurs professionnels.

La qualité de rédaction des comptes rendus remis aux secrétaires s’appréhende bien souvent par la relation qui s’instaure entre le rédacteur et le Comité. Le rédacteur s’informe avant la réunion de l’ordre du jour et du contexte des débats et questionne le Secrétaire après la réunion sur les points demandant des éclaircissements. Cette méthode de travail est un signe d’intérêt du rédacteur pour le Comité lié à son professionnalisme.