La décision relative à la longueur du procès-verbal du Comité d’entreprise peut être prise en fonction du lectorat potentiel du document. Le Comité peut décider que le procès-verbal restera un outil de travail destiné aux membres du Comité, le Président, l’inspecteur du travail. Dans ce cas, l’accent sera mis sur l’exhaustivité et la précision de la retranscription des débats dans l’instance. L’information des salariés est alors assurée par d’autres biais, comme celui de notes de synthèse ou le tract syndical.

Le Comité peut aussi bien décider de faciliter l’accès des salariés à ses travaux, via le procès verbal de Comité d’entreprise. Dans ce cas, il veillera à réduire le format du document et à ne pas produire un procès-verbal fleuve, véritable enregistrement de la séance. La population de l’Entreprise et les conditions de lecture du procès-verbal sont à prendre en compte pour adapter le procès-verbal à son lectorat ; à ce titre, le procès-verbal est un support de communication du Comité d’Entreprise dans l’entreprise.