Quitter son poste en cas de canicule  est-ce un droit En cette période de canicule, les représentants du CSE peuvent être confrontés à cette question de la part des salariés : ont-ils le droit de quitter leur poste en cas de canicule ? Ou sont-ils obligés de rester travailler même si les fortes chaleur mettent en danger leur santé et les empêchent de mener à bien leurs missions ?

Quitter son poste en cas de canicule : un droit non prévu par le Code du travail

Nous ne réagissons pas toutes et tous de la même manière aux fortes chaleur de l’été. Pourtant, certains salariés vivent assez mal cette période de l’année. Maux de tête, fatigue, vertiges, l’exposition à de fortes chaleur peut déclencher de nombreux symptômes, jusque, parfois, le malaise. Avant d’en arriver là, certains salariés préféreraient quitter les locaux de l’entreprise lorsque les fortes chaleurs rendent le travail insupportable. Toutefois, s’il est reconnu que travailler au-dessus d’une température de 33°C engendre des risques pour la santé, le Code du travail ne prévoit, à ce jour, aucun dispositif permettant à un employé de quitter son poste en cas de fortes chaleur.

Les mesures à mettre en place par l’employeur lors d’une canicule

Le rôle du CSE consiste toutefois à rappeler à l’employeur qu’il doit prendre les mesures nécessaires pour proposer aux salariés les meilleures conditions de travail possibles. Il en va de la santé et de la sécurité des salariés. Ainsi, le CSE peut rappeler l’employeur à ses obligations. Sachez notamment qu’il est obligatoire de mettre, tout au long de l’année, de l’eau potable fraîche à la disposition des salariés, cela est d’autant plus indispensable lors d’une canicule. De plus, l’employeur peut mettre en place des dispositifs de ventilation, voire de climatisation, qui permettraient aux salariés de travailler dans de meilleures conditions de travail et ainsi d’être plus productifs. Le CSE peut également proposer à l’employeur :

  • un décalage des horaires de travail ;

  • une augmentation de la fréquence des pauses, etc.

Toutefois, les membres du CSE peuvent rappeler aux salariés la possibilité d’utiliser leur droit de retrait dont nous expliquerons plus en détail le principe dans un prochain article.