Afin de valoriser les compétences acquises lors de l’exercice d’un mandat de représentant du personnel, il est intéressant d’obtenir une certification de compétences prouvant des aptitudes complémentaires. Ce certificat peut être utile, notamment, lors d’un changement de fonction. Le Ministère du travail a récemment publié un guide pour expliquer le principe de fonctionnement de cette certification des compétences des représentants du personnel.

 

Les certificats de compétences professionnelles (CCP)

Le guide publié par le Ministère du travail permet de délimiter les 6 domaines de compétences permettant d’obtenir un certificat de compétences professionnelles (CCP) :

  • Domaine 1 : gestion et traitement de l’information ;
  • Domaine 2 : mise en œuvre d’un service de médiation sociale ;
  • Domaine 3 : suivi de dossier social d’entreprise ;
  • Domaine 4 : encadrement et animation d’équipe ;
  • Domaine 5 : assistance dans la prise en charge de projet ;
  • Domaine 6 : prospection et négociation commerciale.

Le guide du Ministère du travail précise les modalités d’évaluation des représentants du personnel ainsi que les connaissances et les compétences à acquérir avant obtention.

 

Les conditions d’éligibilité au CCP

Pour être éligible à de tels certificats de compétences, il est nécessaire d’avoir exercé un mandat de représentation du personnel ou un mandat syndical dans les 5 dernières années précédant la date de la demande. En effet, il se peut que vous ne soyez plus représentant syndical ou représentant du personnel, mais il n’est pas forcément trop tard pour faire valoir vos compétences, dès lors que la fin de votre mandat date de moins de 5 ans.

Toute personne éligible doit ensuite fournir les justificatifs suivants :

  • des autorisations d’absence indiquant la période concernée et le volume horaire ;
  • une attestation d’un membre du bureau de l’organisation syndicale, indiquant la fonction exercée par la personne demandant un CCP, la durée de ses fonctions et la nature de ses activités ;
  • un compte-rendu d’entretien professionnel effectué avec l’employeur à l’issue du mandat syndical ;
  • une attestation de l’employeur indiquant la période concernée et le volume du crédit d’heures ;
  • une décharge d’activité de service peut également être nécessaire.

 

Veuillez noter que la préparation de l’examen prend du temps, puisqu’un dossier de 12 pages, notamment, doit être rédigé.